Partagez | .
 

 
Tout ce qui brille n'est pas de l'or. (Canidé)


avatar
Membre non-validé




Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Tout ce qui brille n'est pas de l'or. (Canidé)   Jeu 24 Juil - 15:06

De bien curieuses rumeurs couraient sur ces mystérieuses galeries qui parcouraient le sous-sol à proximité de cette ville de la zone sud. Lorsqu'il en avait entendu parler pour la première fois, il n'y avait guère fait attention. Saccage avait appris que cet endroit correspondait à un gisement d'or presque épuisé. La nuance suffisait à faire briller les yeux de ceux qui en parlaient. C'étaient, tout comme lui, des personnes qui ne venaient pas de ce monde et qui avaient tenté l'exploration. Saccage pensait qu'il y avait une large part de fantasme dans ce qui se racontait. Ce qui était certain, c'est qu'il y avait tout un ensemble d'installations qui permettaient l'extraction de l'or. Celui-ci n'était pas facilement accessible, des puits très profonds avaient été creusés. Le reste appartenait au mystère, un des nombreux que l'on pouvait trouver en ce monde. Ceux qui étaient descendus étaient pour la plupart rentrés bredouille, même si quelques chanceux avaient eu l'opportunité de trouver une pépite d'or. Ils s'étaient éloignés, et on ne les avait plus jamais revus. Saccage se demandait pourquoi toutes ces personnes cherchaient à trouver de l'or dans un monde où il ne semblait pas y avoir de règles économiques fixes comme sur Terre. Peut-être avaient-elles l'espoir de ramener leur précieuse pépite chez elles, au cas où elles réussiraient à rentrer. Saccage ne cherchait pas l'or. Qui disait or disait luxe, et obligations, contraintes, convenances. Tout ce que le jeune homme détestait cordialement. Non, lui, ce qui l'attirait, c'était l'aventure. Saccage avait encore une âme d'enfant, par certains côtés. Et il avait commencé à marcher en direction des mines d'or pour découvrir ce qui se cachait derrière. Qui sait. Peut-être finirait-il par en faire une poésie. Il n'avait pas grand-chose à craindre : depuis sa rencontre avec Janvier, il avait été affligé d'une malédiction qui pouvait se révéler utile lorsque les choses commençaient à sentir le roussi. Tout se brisait sous sa poigne. Qui plus est, cela valait mieux que de pousser la chansonnette comme une princesse, ce qui lui arrivait dès qu'il était proche de la jeune femme.

Voilà Saccage rendu près des mines. Il leva la tête et chercha sur le talus une entrée qui pourrait lui convenir. Il repéra une petite cavité qui avait dû servir de galerie fut un temps, mais dont l'entrée était désormais à moitié effondrée. Saccage grimpa jusqu'à cette hauteur. On apercevait encore un chariot qui devait servir pour le transport du charbon et du stérile. Saccage se pencha un instant par dessus le rebord, mais il n'y avait rien à l'intérieur. Déçu, il fit exploser quelques pierres qui gênaient son passage simplement en les touchant, profitant du regain de virilité dont on l'avait affublé, et pénétra à l'intérieur de la mine. Quand la lumière du soleil ne parvint plus à l'atteindre, Saccage alluma la lampe torche qu'il avait trouvé dans un logement inoccupé et continua son exploration. Le départ l'ennuyait énormément, parce qu'il n'y avait rien qui ne sortît de l'ordinaire. Non qu'il eût jamais exploré une mine avant cela, pensez donc, une personne comme Saccage ne passait son temps sous terre. Tout changea quand derrière lui, une des poutres s'effondra et provoqua un grand éboulis. Saccage parvint de justesse à échapper à la pluie de rochers qui s'abattit tout à coup sur lui. Ce fut à peine si un petit caillou lui érafla le mollet. Saccage se laissa ensuite gésir au sol, dépité de voir que les événements ne tournaient pas en sa faveur. En fait, cela l'énervait même énormément. Il se releva, observa le mur de rochers qui se dressait désormais devant lui. Il pourrait peut-être les détruire d'une simple pression, mais... l'équilibre lui semblait assez instable. Cela ressemblait à un château de cartes qui tremblerait à la première secousse. Saccage n'avait donc pas le choix, il devait continuer vers l'intérieur des mines. Et s'éloigner de l'extérieur de plus en plus.

Saccage finit par arriver dans une grande salle si brillante qu'elle lui éblouit un instant la vue. Quand il réussit à rouvrir les yeux, il comprit qu'il était dans une espèce de grande chapelle souterraine, quoique assez basse de plafond. Les murs luisaient d'une lumière violacée assez étrange, et il fallut un peu de temps à Saccage pour comprendre que cela était dû aux diverses appliques qui avaient placées à intervalle régulier, et dont le verre teinté donnait cette couleur à la fois douce et agressive. Il n'y avait pas de meubles, mais des espèces de gradin avaient été constitués à partir d'accumulation de stérile. Il se demanda si c'était bien solide, ou si c'était juste pour le décor. En face de lui trônait un tas plus grand qui devait faire office d'autel, et derrière lui, une femme se tenait droite comme un I, les bras écartés et la tête levée vers le ciel. Elle portait une longue cape noire et un capuchon, de sorte qu'il était assez difficile de la distinguer, mais ses longs cheveux étaient d'une blondeur nordique, assez proche des cheveux des femmes du pays de Saccage. Elle ne paraissait pas vraiment le voir. C'était très certainement une autre personne paumée dans ce monde, comme lui. Le jeune homme voulut s'avancer plus près, mais aperçut un homme de la quarantaine qui se tenait non loin de là, en train d'observer cette femme blonde, et essayant visiblement d'être discret. Cela intrigua Saccage, qui décida de se rendre d'abord près de lui pour lui demander :
« Vous connaissez cette charmante personne ? »
Charmante, c'était vite dit, il ne pouvait guère en juger de là où il était. Et puis, il y avait quelque chose qui émanait d'elle. Une sorte d'aura de violence, Saccage n'aurait pas pu l'exprimer autrement. D'une certaine façon, elle lui faisait penser à lui lorsqu'il se mettait en colère. On aurait dit une femme qui était prête à tout saccager.

avatar
Les tourmentés




Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tout ce qui brille n'est pas de l'or. (Canidé)   Dim 27 Juil - 11:13

"Bordel de merde, fit ma voix, résonnant en écho sur les parois de roche qui m’entouraient."

Il y a des jours ou l’univers tout entier vous met au défi de vous lever le matin, de faire face à la vie, de mettre un pied devant l’autre et d’avancer. Les jours comme celui-ci se pressent souvent à la porte des gens qui aime bien faire la fête et boire de l’alcool, veiller tard le soir, ou simplement les insomniaques maladifs qui peuple l’autre monde. Il y a toujours une catégorie que les gens oublis de mentionner. Les malchanceux. Forcément, l’alcool, les veillées ou les insomnies n’auraient pas été un problème si les avaient été les seules à vouloir pourrir ma journée. Non, il faut en plus compter sur la malchance. Et cette saloperie de destin malchanceux en avait après moi, régulièrement. Ma dernière cigarette avait glissé le long du sentier s’éloignant de la petite ville du sud de cet étrange monde. C’est donc tout naturellement que j’étais parti en courant et que, destin oblige, j’avais moi-même glissé et était tombé le cul sur un rocher instable. Après une chute qui m’avait paru durer longtemps, je me retrouvais au milieu d’une mine désaffectée avec pour seule compagne ma propre voix, résonante en écho inégal le long des parois de roche mal taillées.

Je me redressais péniblement, vérifiant au passage que mon corps fonctionnait bien, et entrepris de ramper péniblement de sous les gravats qui s’étaient accumulés au-dessus de moi durant ma descente aux enfers. J’avais certainement eu énormément de chance de ne pas finir en bouille de Canidé sous des tonnes de roches tombant à la vitesse terminale. D’ailleurs, c’était encore plus étonnant que le choc avec le sol ne m’ait pas laissé comme une crêpe mal préparée et pleine de grumeau, là, sur le sol. Bah. Tant pis. Après un effort court et intense, je réussis enfin à me sortir de sous la roche agglomérée en tas scintillant au-dessus de moi, et je puis me lever. On m’avait parlé d’or perdu dans cette mine et force m’était de constater que ce qui brillait à la faible lumière –dont je ne connaissais pas la provenance- était bel et bien du métal noble, jaune et brillant. J’empochais la petite pépite et décidais de voir d’où provenait cette triste lumière.

J’eu l’impression e marcher pendant des heures. Bon, peut-être une heure. Ou trente minutes. D’accord, je suis militaire, je déteste marcher, je l’avoue. Mais je suis militaire de l’armée de l’air, dans mon arme, on ne marche pas, on vole. Et par tous les dieux du ciel de tous les multivers existant, je déteste marcher, surtout dans les grottes mal éclairées, aux parois coupantes, qui risqueraient de déchirer mon costume ! J’espérais secrètement que rien ne lui arrive jamais, et depuis mon arrivée dans ce monde, mon cher habillement s’en tirait à bon compte, mais je savais pertinemment qu’un jour ou l’autre… Il allait se passer quelque chose. Mais passons. Je suivis une étroite galerie pendant… Quelques minutes, et manquais de tomber dans un gouffre.

La faible lueur, bien que se faisant plus forte, avait failli me trahir. En me focalisant dessus, j’en avais oublié d’observer convenablement mon environnement. La galerie que j’étais en train d’emprunter continuait de l’autre côté d’un gouffre de quelques mètres de largeur. Haussant les épaules, je le franchis d’un petit saut et repris ma route, sans difficulté.  Après encore plusieurs heu… Minutes, j’arrivais à la sortie de ma galerie. La lumière était beaucoup plus puissante, éclairant davantage ce qui m’entourait, à savoir pas grand-chose à part de la roche. Je pénétrais doucement dans ce que je définirais comme un lieu de culte et me mis à observer. L’observation est un truc de soldat. On est entrainé pour ça, faire attention au moindre détail, trouver un couvert, une porte de sortie, les points particuliers du lieu où l’on se trouve. Notre méthodologie d’observation et de surveillance est assez simple. Pour l’observation d’un lieu nouveau, on prend en compte ce qui se trouve proche de nous, le danger étant généralement au corps à corps. Ici, il n’y avait que de la roche et aucun endroit où se cacher convenablement. Plus loin, il se trouvait ce qui ressemblait à des gradins grossièrement taillés, peut-être un hôtel au centre. Et très certainement une prêtresse d’une religion quelconque, mais très certainement bizarre, faites-moi confiance, les gens d’ici sont fou, de laquelle émanais cette aura de malfaisance sanguine qui était propre aux psychopathes. Ou aux soldats. Elle portait une étrange tunique. Je fis un pas à l’intérieur, avec méfiance, dans le but de la saluer, et le changement de lumière me saisit la rétine. Étrange phénomène. D’un pas à l’autre, la lumière avait changé d’un jaune rance, un peu faiblard, a un violet profond, un peu agressif. Je ne remarquais que maintenant les appliques positionnées de part et d’autre des murs. Soit mon observation avait été trop sommaire, soit je me faisais vieux.  Bah, il faut bien vieillir un jour.

L’étrange lumière se reflétait en petite cascade plus claire sur les cheveux blonds de la femme, qui ne semblait même pas m’avoir vu. Peut-être était-elle en transe, ou quelque chose ? Je décidais de rester observer encore un peu. Elle avait l’air d’avoir des courbes intéressantes sous sa tunique. Si elle n‘était pas folle à lier, comme je le soupçonnais, il pourrait être intéressant de nouer des liens. Souriant d’avance à cette idée, j’aperçus du coin de l’œil une autre personne entrer dans la salle. L’œil alerte, l’esprit aux aguets, les muscles contractés en prévision de l’effort, j’attendis de connaitre les intentions de l’intrus, sans me soucier du fait que l’intrus, c’était certainement moi.

J’observais donc, du coin de l’œil, un homme habillé de façon étrange, indéfinissable, a la couleur de cheveux qui me semblait sombre, mais certainement pas noir, et qui semblait… Eh bien, qui semblait un peu mou, un peu lent, un peu négligé… Il s’approcha de moi, d’une démarche nonchalante, et se campa sur ses deux pieds en me regardant.

"Vous connaissez cette charmante personne ?"

"Non, fis-je en levant un sourcil et me détendant un petit peu. Je suis là par hasard. Vous êtes du coin ? Vous savez comment je sors d’ici ?"

J’avais parlé à voix basse, afin d’éviter de nous faire remarquer par l’hypothétique charmante demoiselle qui se trouvait devant nous et qui ne bougeait toujours pas. Des trois personnes présentes, pour une fois dans ma vie, je ne me considérais pas comme la plus dangereuse de la pièce. L’aura qui semblait entourer la blonde se faisait de plus en plus précise, force, presque palpable… Et disparue quand elle tourna ses yeux d’un bleu surréaliste dans notre direction.

"Merde."

_________________
Quand on parle du loup, il fini par l'apprendre.

avatar
Membre non-validé




Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tout ce qui brille n'est pas de l'or. (Canidé)   Mar 29 Juil - 20:14

Voilà où en était Saccage à ce moment-là : perdu dans des mines qu'il ne connaissait guère, évoluant dans une sorte de chapelle - car ce devait bien en être une au vu de l'architecture, et ne serait-ce que par la présence d'une figure de prêtresse - tout en ignorant s'il était en danger ou non. Pour le moment, le jeune homme avait décidé qu'il n'était guère prudent de s'avancer vers elle. Elle ne paraissait pas se rendre compte de la présence d'autres personnes autour d'elle ; elle était comme en transe, même s'il était impossible de voir son visage pour s'en assurer. Saccage le déduisait très certainement à sa façon de se tenir. Sa manière de tendre les bras bien droits, sans fléchir, alors que cette position était assurément douloureuse à la longue. La nuque tendue vers le haut. Comme en attente d'une illumination, d'une révélation, ou d'un quelconque mot compliqué se terminant par -tion. Une femme qui dérangeait un tel charisme avait l'air de faire partie d'un autre monde, et Saccage se demandait si elle était originaire de celui dans lequel il se trouvait. Il ne connaissait personne qui en provenait, mais elle était peut-être une exception, coincée dans ces mines qui étaient à l'écart de ces espaces inhabités, abandonnés depuis fort longtemps... Et il y avait cet homme. Saccage ne savait pas trop pourquoi il la regardait avec tant de prudence, était-ce par respect pour des traditions ancestrales ou par peur, comme lui ? Il n'avait pas l'air d'un mauvais bougre, avec son costume noir. Saccage ne le voyait cependant pas comme un ancien homme d'affaires, car dans sa tenue à lui, il y avait une façon d'être bien droit, comme seuls les militaires peuvent se tenir. Saccage ne l'imaginait pas vraiment motivé par de vilaines intentions, il avait l'air normal et c'était pour cela qu'il avait choisi de se tourner vers lui.
Malheureusement, il s'avéra que non seulement, l'homme en question n'avait pas la moindre idée de l'identité de la dame qui se tenait derrière l'autel, mais qu'en plus il était aussi perdu que lui. Saccage soupira. Voilà qui n'arrangeait en rien ses affaires. Il savait qu'il ne pouvait pas revenir en arrière, même avec son tout nouveau pouvoir, par peur de provoquer un effondrement. Il devait donc trouver un autre chemin, ce n'était a priori pas impossible. Enfin, ce ne serait pas très drôle si jamais l'homme était passé par le même chemin que lui... Ce ne fut cependant pas suffisant pour le mettre en colère et provoqué un saccage, fort heureusement.
« Je crains d'être dans la même situation que vous... » : avoua Saccage d'un un peu malheureux.
Il aurait volontiers continué, mais visiblement, leur dialogue avait attiré l'attention. Il perçut le changement de l'atmosphère. Ce n'était pas grand-chose, mais comme si quelque chose s'était éteint après avoir consumé ses dernières forces avec éclat. C'est ainsi que Saccage aurait décrit ce changement, si on le lui avait demandé. La lueur avait disparu, et la femme tournait les yeux vers elle. Des yeux d'un bleu presque inhumain, qui firent frissonner Saccage.
« Je... crois qu'on est repérés. » : fit-il remarquer, tout à fait stupidement.
Il ne parvenait pas à quitter ce regard bleu. Il y avait quelque chose à l'intérieur... quelque chose qui le poussait à observer ces pupilles et à s'y abîmer indéfiniment. Saccage ne croyait pas à la magie, mais il avait peine à croire qu'il s'agissait d'un charme féminin. Peut-être parce qu'il n'avait jamais été sensible au charme de quiconque, et ne connaissait pas vraiment cette tentation. Il ne voyait donc pas pourquoi il n'arrivait pas à quitter du regard ces yeux magnifiquement bleus. Ce n'était pas... logique. Rien ne semblait l'être dans ce monde, d'un autre côté. Il décida donc de bouger pour essayer se soustraire à cette influence... mais n'y arriva pas. C'était comme si son corps, si puissant, se refusait à bouger. Saccage déglutit. Il essaya de tourner la tête vers son compagnon d'infortune. Et n'y arriva pas.
« Je n'arrive plus à bouger... »
Il espérait bien être le seul à qui cela arrivait, car ce n'était pas franchement drôle. Il ne s'attendait pas vraiment à ce que l'homme lui vînt en aide, si jamais il était libre de toute influence. Cette femme avait dû subir le même genre de modifications que lui. Et sa malédiction devait l'avoir rendu capable de capter le regard de ceux qui croisaient le sien. A présent, il restait à savoir si elle était une amie ou une ennemie... curieusement, Saccage n'était pas bien pressé de le savoir. Elle s'avançait désormais dans leur direction, les bras repliés sous ce qui lui servait de cape et les cheveux ondulant doucement au gré de ses mouvements. Était-ce un air triste qu'il lisait sous son visage ? Ou bien simplement son imagination... ?

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tout ce qui brille n'est pas de l'or. (Canidé)   

 

Tout ce qui brille n'est pas de l'or. (Canidé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» solomonia&nikolaï ▬ the abyss staring back
» Le voleur du Lac (quête terminée)
» Les corbeaux aussi aiment tout ce qui brille.
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anonyme ::  :: Le paysage :: Les mines-